En savoir plus


« On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré » Albert EINSTEIN

A propos de la médiation

Le médiateur offre un cadre d’écoute dans une ambiance « sereine » et « apaisante ».
Ainsi la singularité de chacun y est entendue en toute « confidentialité ».
De cette manière, le médiateur identifie la problématique avec les protagonistes qui vivent le conflit.
Cet espace de médiation est le cadre posé par le médiateur.


​Valeurs et neutralité
De par sa fonction et son éthique, le médiateur incarne des valeurs indépendantes avec un esprit positif et impartial. La neutralité du médiateur permet de prendre le recul nécessaire et apporte de par sa qualité de tiers un regard global sur le conflit.

Qu’est-ce que le Processus de médiation ?

Le processus de médiation est engagé pour apporter une entente « sereine » et « pérenne » entre les parties.
Il permet d’orienter et de décider ensemble des possibilités d’accords qui n’ont encore peut-être jamais été discutés.
Une fois ce processus activé, le médiateur demande forcément à chacune des parties la « volonté » de développer de nouvelles perspectives à venir.
La détermination de chacun est sollicitée et doit être orientée vers une attitude de sortie du conflit.
Dans un « climat de confiance », le médiateur permet de faire avancer ce processus de médiation. Il transmet « l’ambition » de solutionner chaque point de désaccord avec le bon vouloir des parties. Il apporte à chaque rendez-vous une synthèse de ce qui a été fait. Il définit aussi le mouvement d’une nouvelle réflexion et propose de « nouvelles perspectives » pour construire un projet d’accord.
Pour cela, il invite les personnes à se rencontrer pour en discuter. Cette convergence donne un objectif commun à atteindre et fixe les étapes futures pour chacune des parties.

Ce processus de médiation favorise et produit un « lien » qui permet d’entrer dans le vif du sujet qui pose problème.
La médiation peut jouer ainsi son rôle de résolution du conflit et devient plus encline à un compromis.
Le médiateur offre aussi un lien où toutes les « conditions nécessaires et suffisantes » peuvent apporter une ébauche de solutions.
Par la « convivialité et la courtoisie », le médiateur demande aux parties d’accomplir une prise de conscience rapide pour prendre les meilleures décisions dans les plus brefs délais.

Les objectifs

​Le médiateur insuffle et construit ainsi entre les parties une relation durable concrétisée par un écrit homologable auprès d’un juge. Il rapproche les personnes afin d’atteindre l’objectif fixé en vue d’un accord raisonnable pour chacune des parties.
Le processus de médiation en fait une culture de sortie du conflit avec l’aide d’un technicien de la relation humaine : le médiateur.
La médiation de nos jours s’est installée comme le creuset incubateur d’un atelier où les conditions du conflit peuvent être entendues, discutées et régulées.
La médiation peut être envisagée pour construire ou reconstruire la rencontre et rendre possible le cheminement des idées qui jusqu’à présent s’opposaient.
L’accompagnement par un tiers, le médiateur, c’est le « cœur battant » du processus qui rythme, organise, gère le conflit et confie à chacune des parties un rôle responsabilisant pour devenir acteur de leurs propres décisions futures dans un intérêt commun.
Ce symbole de responsabilité est la « clef de voûte » du processus de médiation.
Il doit être vécu comme une ascension pouvant « transmettre » les valeurs avec de nouvelles perspectives de résolution du conflit.

Lors des entretiens de groupe, le médiateur demande à chacun de s’exprimer.
Sachant que la présence d’autres assesseurs peut être envisagée (conseiller, avocat), ainsi, nous tous ensemble, posons les fondations d’une entente dans le respect et l’humilité, avec l’envie de sortir du conflit.

Alléger, désamorcer, déposer les lourdeurs qui sont les causes du conflit pour permettre de dépasser cette situation, la médiation prend ainsi tout son sens quand elle est « créatrice » d’un environnement apaisant et « bienveillant ».

Les moments de rencontre si particuliers lors des médiations rendent compte de la valeur éthique et humanisante dont nous devons tous prendre conscience.

C’est un cadre sur mesure que le médiateur dessine avec les parties. Il entend et fait entendre les freins, les difficultés de chacun qui entravent la progression de l’objectif envisagé.

​L’intégration de ce processus de médiation indique dans son excellence une prise de conscience naturelle de par son écoute.

La médiation doit magnifier la relation humaine avant tout.

 


​Le médiateur est chargé de procéder à la mise en place des discussions, des débats, des avis divergents qui les opposent. Il définit ainsi la ligne de conduite optimale à suivre et établit une connexion entre les parties.

​Nous sommes tous les acteurs de nos vies. Nous éclairons de cette manière la somptueuse lanterne qui nous unit. Et c’est par le processus de médiation que le positionnement de chacun devient idéal à partir du moment où nous sommes en » capacité d’écoute ».

​ « Apprendre de la différence de chacun nous apprend à accepter de faire un pas vers l’autre dans ce qui nous oppose ». La médiation se construit à travers cette image et s’enrichit de cette relation humaine en ouvrant les portes d’une  « justice » réparatrice pour vous, par vous.

​ « De la discussion, rien ne sort : c’est de la bonne entente que jaillit la lumière. Elle donne de l’éclat aux avis qui se ressemblent «  Jules Renard